Chaque individu possède en lui la ressource de développer des histoires qui le rendront plus fort

Accompagnement des hommes et des femmes dans leur vie au travail :

  • Accompagnement individuel
  • Accompagnement d’équipes et de communautés

Accompagnement des jeunes dans leur parcours scolaire :

  • Orientation - Aller à la recherche de son projet
  • Confiance en soi - Gestion du stress

« Ben, moi, j’veux bien ! » ou comment être à l’affût des « fines traces ». Publié le : 1 février 2015

Alors que j’étais en séance de coaching dans un collège du 93 avec une classe de 4ème en grande difficulté scolaire, je me suis subitement retrouvée moi-même en difficulté. Je me demandais comment j’allais me sortir de cette situation, quand l’un des jeunes est venu à mon secours et m’a tirée de l’impasse. C’est souvent le cas en coaching: l’on aide une personne qui sans le savoir nous aide aussi.
Ils étaient vingt-cinq, âgés de 13 ans, qu’on avait regroupés dans une classe spécialement adaptée pour les accompagner dans leurs difficultés. Ma mission était principalement axée sur l’estime de soi. A chaque séance, ces jeunes sont plutôt contents de me voir, mais comme ils manquent de confiance en eux, ils ont du mal encore à s’exprimer publiquement. D’autre part, il y a des clans et peu de solidarité entre eux au sein de la classe, notamment entre filles et garçons. J’avais donc choisi ce jour-là un exercice qui les fassent à la fois gagner en confiance et qui leur permettent de se connaître mieux les uns les autres afin de s’apprécier davantage. J’avais décidé de leur faire réaliser leur «arbre de vie». La métaphore de l’arbre leur permettrait de parler d’eux-mêmes plus facilement. Toute la séance y serait consacrée.
Mais ce jour-là, en plus, était un jour particulier. Un représentant du rectorat avait souhaité voir comment se déroulait nos séances. Du coup, des professeurs y assistaient aussi. J’en avais prévenu les jeunes. Le moment venu, je leur ai distribué de grandes feuilles de papier et je leur ai demandé de dessiner chacun un arbre, puis de mettre des mots sur les diverses parties de l’arbre. Sur les racines, les mots devraient être la réponse aux questions: « D’où je viens ? », « Qu’est-ce qui me caractérise, qui fait ce que je suis » – mes origines, mon éducation, mes particularités, mes passions. Sur le tronc, les mots répondraient à: « Qu’est-ce qui fait que, quoi qu’il arrive, mon arbre reste droit ? » – mes qualités, mes valeurs, mes ressources, ce que j’aime faire, ce que l’on me reconnait de bien. Sur les branches, il s’agissait d’exprimer « Quels sont les projets, les rêves et les espoirs que j’ai pour ma vie ? ». Enfin, les feuilles correspondraient à: « Quels sont les gens qui me rendent heureux, qui croient en moi, que je suis content de connaître ? ».
Ils travaillaient donc tous ensemble, mais chacun réalisait son propre arbre. Quand ils eurent terminé, nous avons affiché toutes leurs feuilles aux murs de la classe. C’était «la forêt de vie» de la classe. Jusque là tout allait à peu près bien, même si se trouver des qualités leur avait été un peu difficile. J’avais dû solliciter leurs professeurs pour qu’ils leur soufflent quelques qualités qu’ils reconnaissaient en eux. Je les ai invités ensuite à présenter chacun leur arbre aux autres afin de se découvrir davantage et de faire rayonner au niveau collectif ce qui est important pour eux. Et c’est là que le processus s’est enrayé: aucun des jeunes ne voulait présenter son arbre publiquement. Il me restait une bonne heure de séance et c’était la panne! J’ai un peu insisté, précisant qu’ils n’étaient pas obligés de tout présenter, qu’ils pouvaient se limiter à ce qu’ils souhaitaient, que le seul objectif était de mieux se connaître, d’honorer les différences, d’apprécier les talents, les projets et les qualités de chacun… Rien n’y fit. Il y a eu un grand silence. Je ne pouvais m’empêcher de penser à la personne du rectorat qui devait se dire que «mon truc, ça ne marchait pas des masses»! Les professeurs commençaient à s’agacer du comportement des jeunes et je craignais qu’ils ne finissent par induire l’inverse de l’effet que je recherchais. Je me demandais comment éviter cela, quand, subitement, est parvenue à moi une petite voix, à peine un souffle! Ce fut comme une bouée au milieu de la mer! « Ben, moi, j’veux bien présenter mon arbre si vous voulez ».
C’était Teddy, l’un des jeunes les plus en difficulté de la classe. Timidement, Teddy a présenté son arbre. Cela a aussitôt transformé l’atmosphère. La pression est tombée et la dynamique de la classe a redémarré. Les autres jeunes ont trouvé l’envie de présenter eux aussi leur arbre. Au final, grâce à Teddy, ce fut une belle séance.
J’ai voulu honorer ce « Ben, moi, j’veux bien ». Avant de donner la parole aux autres, j’ai dit à Teddy : « Tu sais, quand tout à l’heure personne ne voulais présenter son arbre, je me suis sentie un peu mal. Je me suis dit que la personne du rectorat allait se dire que ça ne marchait pas tellement ce que nous faisions en coaching. Mais quand tu as dit: « Ben, moi, j’veux bien », je me suis sentie moins seule, je me suis sentie soutenue. Je voudrais te remercier pour cela. Comme je suis curieuse, j’aimerais bien que tu me dises pourquoi tu as dis « Ben, moi, j’veux bien » ? Qu’est-ce qui, chez toi, a permis cela ?»
Teddy a répondu: « Mais, M’dame, vous faisiez pitié! » Alors j’ai demandé à Teddy: « Qu’est-ce que cela dit de toi que tu aies eu pitié de moi ? » Teddy m’a répondu « Ben, j’sais pas, vous venez pour nous aider, ça s’fait pas, c’est tout ».
Alors je me suis tournée vers les autres jeunes et je leur ai demandé : « Qu’est ce que ça nous dit de Teddy son: « Ben, moi, j’veux bien » ? Ils ont tous répondu « Il est courageux», «Il a du cœur», «C’est un mec bien», «Il montre le bon exemple»… Les professeurs ont dit qu’ils étaient à la fois étonnés et fiers de lui. J’ai demandé à Teddy ce que cela lui faisait d’entendre cela sur lui, ce qu’il avait entendu d’important pour lui. Il a retenu qu’il avait du cœur et ça lui faisait plaisir d’entendre cela. Je lui ai demandé: « A ton avis, de qui tu tiens ça, d’avoir du cœur ?» Il m’a répondu qu’il tenait cela de son éducatrice qui était très gentille avec lui et qui lui avait toujours dit qu’il fallait toujours venir en aide à ceux qui en avaient besoin. Il nous a raconté d’autres histoires où il avait eu du cœur. Notamment, une fois, il avait sauvé une personne qui allait se faire écraser en la poussant sur le côté. Cette séance a contribué à redonner confiance à Teddy et à changer le regard des autres sur lui.
Ce « Ben, moi, j’veux bien », c’est ce que l’on appelle en narrative «une fine trace». Une fine trace, ce n’est pas quelque chose qui est là en quantité infinitésimale, c’est le signe discret de quelque chose de bien caché mais qui ne demande qu’à être reconnu et à se fortifier. Derrière le «Ben, moi, j’veux bien» de Teddy, il y avait une très belle histoire de compétences et de valeurs qui révélaient une facette de son identité. Une facette qui vient contredire tout ce que l’on peut entendre en général sur ce jeune, du genre «Il ne fait rien, il ne s’intéresse à rien, il ne participe jamais, etc.»
Etre praticien narratif, c’est être attentif à ces fines traces, les relever, les étoffer. Un des moyens que j’ai trouvé pour ne pas passer à côté d’elles, c’est d’être attentive à mes émotions. Quand je suis émue par un jeune, je me dis qu’il y a quelque chose qui se joue et qu’il faut que j’explore. Quand Teddy a dit: « Ben, moi, j’veux bien », j’ai été bouleversée car je sentais qu’il voulait davantage m’aider que présenter son arbre.
Etre praticien narratif, c’est avoir une double écoute. C’est-à-dire entendre ce que le jeune dit et ce qu’il ne dit pas… qui permet de percevoir ce moment souvent infiniment fugace où une âme a décidé de se livrer, et c’‘est avoir la réactivité de donner à voir ce que celle-ci révèle alors de précieux.

Dina Scherrer

Publié le : 1 février 2015 | 4 commentaires | Partager/Mettre en favoris


4 Commentaires sur l'article “« Ben, moi, j’veux bien ! » ou comment être à l’affût des « fines traces ».”

  1. 1 Nom (obligatoire)monique bastien a dit à 12 h 47 min le février 26th, 2015:

    Ce texte m’a émue et j’ai pris conscience de l’importance et même l’essentiel d’une écoute à tous les niveaux…mental, émotionnel et physique…cela demande de la pratique et beaucoup d’amour . Merci

  2. 2 Philippe Combes a dit à 15 h 13 min le mars 2nd, 2015:

    De la profondeur, de l’authenticité et de simplicité. Merci pour ce beau partage qui invite à l’émotion.

  3. 3 Véronique Lieubray a dit à 17 h 11 min le mars 24th, 2015:

    Je suis toujours aussi émue de lire les expériences de Dina. Émue aux larmes comme à la lecture et relecture de son livre « Échec scolaire, une autre histoire possible ». Sans doute parce que j’accompagne par le chant des jeunes en difficulté, déscolarisés. Que je cherche à trouver ces fines traces chez eux. Ils sont là, devant moi, en vie, ils rient, ils chantent même malgré un parcours de vie souvent épouvantable. Chercheur de fines traces, oui, c’est ce que je veux faire quand je serai grande! Merci Dina.

  4. 4 Adrien Gr a dit à 14 h 31 min le avril 17th, 2015:

    lklskdslkddkl


Laissez un commentaire sur cet article